MOUSTACHE

Mouvement d'Opposition Unifié SouTerrain aux Activités Complotistes Hors-État

Outils pour utilisateurs

Outils du site


rapport:atomic_buzzard

Atomic Buzzard

Partie deux sur deux du rapport de Trudie Badcock à UNICORN, le 20 mars 1961, classé Très Secret Rainbow :

Devant l’urgence de la situation, nous avons pris l’avion jusqu’à Sacramento, au nord de la Californie, où nous sommes arrivés au matin du 15 mars 1961. Dans l’avion, nous avons appris le crash d’un B-52 à Yuba City, au nord de Sacramento. D’après le journal, les deux ogives nucléaires qui se trouvaient à bord ont été récupérées. Néanmoins, d’après nos informations, ce type d’engin transporte normalement 4 ogives. Nous soupçonnons donc le vol de deux ogives par le gang organisateur du trafic d’armes. Nous nous sommes donc rendus à Yuba City, suivis par une berline noire, probablement du FBI ou de la CIA. Nous y avons appris que le crash avait fait un mort, un pompier qui se rendait sur les lieux, dont le camion s’est renversé. Sur les 8 membres d’équipages, 6 se sont parachutés et 2 se sont crashés mais ont néanmoins survécu.

Nous nous sommes ensuite rendus sur les lieux du crash. L’agent A@@@@@ est allée poser des questions aux occupants de la berline pendant que je suis allée prendre contact avec les militaires. Les occupants de la berline se sont trouvés être des agents de la CIA, chargés de nous suivre.

L’agent F@@@@@ de la CIA nous a appris qu’un premier B-52 s’était crashé en Caroline du Nord en janvier, sur lequel 3 ogives avaient été récupérées (vol probable d’une ogive).

J’ai pour ma part pu discuter avec le colonel Dowtown de l’armée américaine. Il m’a donné des informations sur l’entreprise Armalite. Cette entreprise a commencé dans la conception d’armes de poing et vient de se lancer dans la fabrication dans son usine de San José. Elle devrait bientôt être rachetée par l’entreprise Fairchild, de plus grande taille, qui fabrique des armes de guerre, notamment pour le gouvernement américain. Fairchild a pour concurrents Colt et Chelicera Ltd.. Nous convenons de collaborer pour faire avancer nos enquêtes respectives.

De retour à Sacramento, l’agent A@@@@@ a voulu tester les crypteurs de communication sur une cabine téléphonique située dans un parc. Malheureusement, le parc était rempli de SDF belliqueux et la situation a dégénérée. L’agent A@@@@@ a été grièvement blessée et a été secourue par les agents de la CIA. Nous avons malheureusement dû laisser l’agent A@@@@@ à l’hôpital et continuer l’enquête sans elle.

Nous avons alors commencé une collaboration avec la CIA sur cette enquête. L’agent F@@@@@ nous a appris que le colonel Dowtown est un ancien membre de l’Air Force qui travaille maintenant aux affaires internes de l’armée. Il aurait notamment travaillé à couvrir la perte de pilote en lien avec l’utilisation de drogues de guerre. Il pourrait possiblement être en collusion avec des entreprises pharmaceutiques, notamment Avicularia, chez qui travaille son beau-frère.

Le lendemain, 16 mars 1961, nous nous sommes rendus à l’usine Armalite. Nous y avons rencontré Bruce Quarter, responsable de l’usine. Il nous a appris que les caisses trouvées dans l’entrepôt 35 faisaient partie d’un chargement dont une partie a été volée le 05 Février 1961 lors du transport des caisses de l’usine jusqu’au siège, situé à Sacramento (chargement 5534). D’après le manutentionnaire qui s’est occupé du chargement, José Llamalo-Santos, l’ordre a été donné par le siège de placer un séparateur entre les caisses volées et les autres dans le camion. D’après le chauffeur du camion, John Ben Goulamarion, le chargement aurait disparu une fois arrivé au siège. Néanmoins, aucune plainte n’a été déposée pour le vol des armes.

Nous nous sommes ensuite rendus au siège à Sacramento afin d’en savoir davantage. Nous y avons rencontré Edmond Bright, le PDG d’Armalite. Celui-ci nous a produit un mémo chiffonné qu’il aurait soi-disant transmis à sa secrétaire lui demandant de porter plainte. En interrogeant les manutentionnaires du siège, l’un d’eux nous a avoué avoir chargé les caisses volées dans une camionnette et fait porter le chapeau au chauffeur d’Armalite, en échange d’une promotion. Au vu de son évidente culpabilité, nous avons livré Edmond Bright à la CIA.

Après renseignement, l’entrepôt 35 appartient à la Familia d'Enrique, qui serait donc les organisateurs du trafic d’armes vers le Mexique ainsi que du vol d’ogives nucléaires. J’ai ensuite appelé le colonel Dowtown pour le tenir au courant de l’avancée de l’enquête et il m’a confirmé que les ogives avaient été localisées aux mains de la Familia d'Enrique à San Francisco.

Fin de Rapport

Trudie Badcock

The Examiner, 15 mars 1961 : dqvpqkw.jpg

Joint Nuclear Accident Coordinating Center: Record of Events, Département de la Défense des États-Unis d'Amérique, 14 mars 1961 : podbxl6.jpg

rapport/atomic_buzzard.txt · Dernière modification: 2019/11/20 19:12 par Contrôle